Lucie et Raymond Aubrac

Lucie

Lucie et Raymond Aubrac


 

Date de naissance (Lucie): 29 juin 1912 à Paris

Date de décès (Lucie) : 14 mars 2007 en Hauts-de-Seine

 

Date de naissance (Raymond): 31 juillet 1914 à Vesoul

Date de décès (Raymond) : 10 avril 2012 à Paris


 

Ses fonctions : Résistante et Résistant Français

Etant l'un des couples les plus connues de la Seconde Guerre Mondiale. Lucie et Raymond Aubrac, ou plutôt Catherine et Raymond Aubrac sous la Résistance de l'intérieur. Les deux époux, l'un ingénieur et l'autre professeur,  ont  une place importante dans  la résistance française, et plus particulièrement dans la zone libre, au Sud. Sous l'organisation, Libération-Sud, ils réalisèrent et diffusèrent un journal, Libération-Sud, qui a eu un impact important sur la résistance de l'intérieur. Raymond Aubrac fut  arrêté le 21 juin 1943 par la Gestapo de Lyon à Caluire en même temps que Jean MoulinLucie organisa sa libération et celle de ses compagnons le 21 octobre 1943, aidée par les membres de son réseau  ils ont attaqué avenue Berthelot le camion allemand qui les transporté. L'opération commando fut un succès et a permis la libération de Raymond Aubrac et de plusieurs résistants. Pourchassés par la Gestapo et par Klaus Barbie ils rejoindrons à Londres siège de la résistance libre en février 1944. Par la suite Raymond Aubrac fut nommé commissaire de la République à Marseille par le général de Gaulle pour restaurer la République , son engagement sans faille fut unanimement reconnu . Après la Seconde Guerre mondiale les époux Aubrac ont été le symbole de l'engagement pour libérer la France et lui redonner des principes démocratiques ils sont devenus des héros  de la Résistance Française.Lucie et raymond aubrac

 Témoignage de Raymond Aubrac sur sa nomination comme commissaire de la République

« Le général de Gaulle me reçut le 7 août [1944] dans son bureau, villa des Glycines […] “Il n’a pas été facile, me dit-il, de désigner un commissaire de la République pour Marseille. Avec l’accord de la Résistance, le choix s’est finalement porté sur vous. Votre mission consiste à vous occuper de la population civile. M. d’Astier vous communiquera les dernières informations dont nous disposons. M. Diethelm et le général de Lattre s’occuperont d’assurer votre transport jusqu’à la plage de débarquement. Je vous informe que la date est le 15 août. Naturellement, cette date est un secret militaire. Le plus important est d’empêcher l’installation de l’AMGOT (Allied Military Government of Occupied Territories). Ce qui se passe en Normandie me fait penser que c’est possible. En aucun cas les autorités alliées ne doivent imposer leur administration sur la France. Hors cela, vous ferez tout ce que vous pourrez pour les aider”. […] Le général me fit tenir, non daté et non enregistré, un ordre de mission que j’ai précieusement conservé : « Monsieur Raymond Aubrac, commissaire régional de la République en mission, est chargé provisoirement des fonctions de commissaire régional de la République dans les premiers territoires libérés sur la côte méditerranéenne ». Ce texte portait sa signature et celle du commissaire à l’Intérieur, Emmanuel d’Astier

Extrait de son œuvre Où la mémoire s’attarde, Paris, Odile Jacob, 1996».

×